Institut de Chirurgie Osseuse
et de la moelle épinière
Médipôle - Avignon

Questions fréquentes en chirurgie orthopédique sur les étapes de l'hospitalisation d'une prothèse
Institut Medipole Montagard, chirurgiens orthopédistes à AVIGNON (84)

Cette foire aux questions sur les étapes de l'hospitalisation d'une prothèse est donnée à titre purement informatif. En effet, en raison de l’évolution des techniques et des spécificités de chaque cas, les informations présentent sur cette Faq ne sauraient se substituer aux consultations, recommandations et prescriptions délivrées par les chirurgiens orthopédistes de l’Institut Medipole Montagard, à AVIGNON (84).

Combien de temps dure l’hospitalisation pour une prothèse de hanche ou de genou ?

La durée moyenne de l’hospitalisation est de 1 à 3 jours : parfois plus si vous êtes très âgé(e), si vous vivez seul(e), en cas de complication ou si vous êtes fatigué(e).

Mais chaque cas est particulier et dépend de vous (votre âge, votre état de santé, vos maladies associées, etc.), du type d’intervention, du déroulement de l’intervention et de ses suites (douleurs, autonomie, complications éventuelles, etc.), de votre entourage, de votre mode de vie et de votre habitat, de la nécessité ou non de partir dans un centre spécialisé pour vous rééduquer.

L’objectif est de vous faire sortir de la clinique dans de bonnes conditions.

Notre avis : 

Chaque cas est particulier, aussi, nous vous conseillons d’en parler très précocement à votre chirurgien pour planifier précisément votre jour d’entrée et prévoir votre jour de sortie.

Mais il sera nécessaire ensuite de vous fier à l’équipe qui vous suit, votre sortie pouvant être plus précoce ou plus tardive que prévu.

Quelles sont les principales étapes de l’hospitalisation pour une prothèse de Hanche ou du genou ?

Avant l’intervention :

L’entrée à la clinique se fait soit la veille, soit le matin de l’intervention. Dès votre arrivée, vous serez pris en charge par l’équipe paramédicale qui vous préparera (nettoyage, épilation » avec une tondeuse de la zone opérée, douche), fera les prises de sang et parfois des radiographies supplémentaires.


La plupart du temps, vous serez examiné(e) et interrogé(e) une dernière fois par le chirurgien qui va vous opérer. Enfin l’anesthésiste viendra vous voir pour les prescriptions de la nuit et du lendemain.

Si vous rentrez la veille de l’opération, le kinésithérapeute viendra vous voir pour vous apprendre les gestes à réaliser en post opératoire.

La veille de l’intervention, vous devez rester à jeun (ne rien boire ni manger) durant les six heures qui précèdent l’heure prévue de l’anesthésie : c’est la règle du rien après minuit.

Vous ne devez pas consommer d’alcool ni fumer pendant les douze heures précédant l’anesthésie.

N’utilisez ni rouge à lèvres, ni vernis à ongles, de façon à ne pas gêner la surveillance de la coloration » de votre peau durant l’anesthésie. Évitez les verres de contact. Ne gardez ni bijou, ni objet de valeur.

Le matin de l’intervention, vous serez préparé(e) (douche, shampoing, bain de bouche), on vous demandera d’enlever lentilles et appareils dentaires mobiles, puis éventuellement (au cas par cas) une prémédication" (prescription médicale d’un "tranquillisant » pour vous décontracter) vous sera administrée.

Un brancardier viendra vous chercher (vous n’aurez pour tout vêtement qu’une chemise") et vous conduira dans la salle d’ "induction » où l’on vous préparera à l’anesthésie.

Tous les membres de l’équipe du bloc opératoire portent un bonnet, un masque, une chemise-pantalon de bloc opératoire et sont donc difficilement reconnaissables, ne vous inquiétez pas, les médecins qui vous prennent en charge sont présents.

Toutes ces précautions sont mises en place pour lutter contre les infections microbiennes. Enfin, vous aurez peut-être froid (salle opératoire équipée d’un flux laminaire, c’est à dire d’air pulsé pour repousser les germes).

Ensuite, pendant l’anesthésie vous serez opéré(e) et la prothèse sera implantée. En fin d’intervention, vous n’aurez, en général, pas de plâtre mais un pansement.

Après l’intervention :

Après l’intervention, vous allez être surveillé(e) plusieurs heures en salle de réveil (SSPI: salle de surveillance post - interventionnelle).

Vous serez réchauffé(e), parfois transfusé(e), on vous administrera des antibiotiques, des médicaments puissants antidouleur (à base de morphine), parfois des anti-inflammatoires, ou d’autres traitements nécessaires à votre cas. Vous serez reconduit(e) dans votre chambre dès que l’anesthésiste estimera que votre état de santé le permet.

Les 48 premières heures sont souvent inconfortables, surtout pour la chirurgie de la hanche, du genou et de la cheville : vous êtes alité(e), fatigué(e), vous ne pourrez pas aller aux toilettes et vous serez obligé(e) d’utiliser un bassin si vous avez été opéré(e) de la hanche ou du genou.

Vous pouvez avoir des perfusions (goutte à goutte), des drains de Redon (petits tuyaux sortant par la cicatrice cutanée qui aspirent le sang et l’évacuent dans un flacon pour éviter la constitution d’un hématome).

Dans certains cas, vous aurez des petits désagréments : de la fièvre, des troubles du sommeil, un manque d’appétit, ou un dégoût de la nourriture, une constipation favorisée par l’alitement et la dépendance pour aller à la selle sur un bassin", parfois une gêne pour uriner, une voix enrouée ou la gorge sensible ceci est lié à l’intubation, un passage à vide, une appréhension ou un mauvais moral » comme un étudiant qui a passé un examen et qui est "vidé »...Tous ces désagréments sont habituels et le plus souvent passagers. parlez-en au médecin qui vous suit, ne prenez rien de vous-même, si ces désagréments persistent, il vous prescrira des médicaments adaptés.

- Vous commencerez la rééducation le soir même de l’opération. Le kinésithérapeute vous montrera les mauvaises positions et les gestes à éviter pour ne pas luxer la prothèse.

Si vous êtes opéré(e) de la hanche, du genou ou de la cheville, vous pourrez vous asseoir au bord du lit et si cela est possible, le kinésithérapeute vous installera au fauteuil, le lever est souvent précoce. Vous serez guidé(e) pour commencer la rééducation en bougeant d’abord les parties du corps valides puis le membre opéré.

Vous commencerez par un travail manuel passif avec l’aide du kinésithérapeute puis vous débuterez un travail actif aidé par le kinésithérapeute en respectant strictement les consignes du chirurgien.

Pour les hanches, les chevilles et les genoux, vous commencerez l’apprentissage du béquillage pour marcher dès le soir ou le lendemain de l’opération. Petit à petit, vous progresserez en faisant régulièrement les exercices appris.

Au cours de votre hospitalisation, des examens médicaux seront effectués (prises de sang, radiographies), pour vérifier que tout va bien, le pansement sera changé à la sortie. L’articulation opérée pourra rester un peu gonflée et douloureuse (les médicaments antidouleur et le glaçage soulagent efficacement).

Notre avis : Toutes ces informations sont données à titre indicatif, elles peuvent varier selon l’intervention et les habitudes des équipes.

Combien de temps dure l’intervention d’une PTH ou d’une PTG ?

La réponse la plus logique est : Le temps qu’il faut pour bien faire.

Le temps de l’intervention dépend de nombreux facteurs.

Ainsi, par exemple, la mise en place d’une prothèse totale de la hanche ou de genou  de première intention chez une personne n’ayant pas de grande déformation nécessite environ 4 heures : 1 heure pour l’acte chirurgical lui-même. il faut rajouter le temps nécessaire pour effectuer l’anesthésie, l’installation sur la table opératoire, la désinfection cutanée, le réveil (en salle de surveillance post interventionnelle).

Vous serez donc absent de votre chambre au moins 4 heures. Cette intervention peut être beaucoup plus longue quand il y a déjà eu une intervention sur la hanche ou le genou, en cas d’obésité ou de déformation importanteet bien sûr en cas de changement de prothèse.

Les méthodes d’anesthésie modernes sont adaptées à des durées d’intervention parfois très longues.

Notre avis : Le temps qu’il faut pour bien faire. Il est, en effet, difficile de répondre précisément à cette question, tout dépend, du type d’intervention, de votre état de santé et des difficultés rencontrées pendant l’intervention. Nous vous conseillons de demander à votre chirurgien, le temps moyen qu’il envisage dans votre cas.

Qui organise la sortie de l’établissement chirurgical après une PTH ou une PTG ?

Votre sortie est organisée avec votre chirurgien.
L’organisation pratique de la sortie est prise en charge par l’équipe paramédicale (la secrétaire et l’infirmière) qui envisagera le mode de transport adéquat (taxi, ambulance, voiture particulière, véhicule sanitaire léger).

La sortie s’effectue avec les proches ou les ambulanciers.

Vous aurez une ordonnance pour la conduite à tenir ultérieure : soins locaux, pansements, ablation des fils, traitement anticoagulant, médicaments pour soulager la douleur, demande d’une infirmière à domicile, etc.) et un courrier pour votre médecin, un bulletin de sortie pour la Caisse d’Assurance Maladie, et un arrêt de travail. Votre médecin traitant recevra une lettre et/ou un compte rendu de votre hospitalisation.

Notre avis : Tout sera organisé en collaboration avec votre chirurgien et vos proches.

Vous effectuerez (vous-même ou vos proches) les dernières démarches administratives (sortie aux admissions, règlement du téléphone, de l’accès à la télévision, etc.) avant de quitter l’hôpital. Les bulletins de sortie doivent être adressés à la Sécurité sociale et à la mutuelle ainsi qu’à l’employeur.

Pensez à garder une photocopie (utile en cas de perte ou de litige).

Contacter l'institut de chirurgie osseuse

Vous pouvez contacter l'institut de chirurgie osseuse d'Avignon en remplissant ce formulaire.

Les messages ne sont pas lus en temps réel et aucun renseignement de nature médicale ne sera donné par email.

De plus, l'adresse contact n'étant pas une adresse sécurisée, votre message et vos informations pourraient être lus par un tiers.

Pour la prise de rendez-vous merci de contacter le
04 90 27 92 87

Les chirurgiens de l'institut
Les 6 chirurgiens de l'institut de chirurgie osseuse et de la moelle épinière d'Avignon sont spécialisés dans les différentes pathologies orthopédiques.
Docteur Prudent Henry-Paul
Chirurgie genou et pied
Docteur Bataille Jean-François
Chirurgie de l'épaule, hanche, genou
Docteur Blanadet Bertrand
Chirurgie de la colonne vertébrale, de la hanche
Docteur Copin Xavier
Chirurgie du sportif, de la hanche, du genou et du pied
Docteur Di Iorio Alexandre
Chirurgie du sportif, de la hanche, du genou et du pied
Docteur Ali Youssef
Chirurgie de la moelle et de la colonne vertébrale
Sociétés savantes
Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique
Société Francophone d'Arthroscopie
Société Française de Chirurgie Rachidienne
Association Française de Chirurgie du Pied
European Federation of National Associations of Orthopaedics and Traumatology
Haute Autorité de Santé
Société Française de Neurochirurgie