Institut de Chirurgie Osseuse
et de la moelle épinière
Médipôle - Avignon

Questions fréquentes en chirurgie orthopédique sur la prothèse
Institut Medipole Montagard, chirurgiens orthopédistes à AVIGNON (84)

Cette foire aux questions sur la prothèse est donnée à titre purement informatif. En effet, en raison de l’évolution des techniques et des spécificités de chaque cas, les informations présentent sur cette Faq ne sauraient se substituer aux consultations, recommandations et prescriptions délivrées par les chirurgiens orthopédistes de l’Institut Medipole Montagard, à AVIGNON (84).

Qu’est-ce qu’une prothèse articulaire ?

Le mot « prothèse » vient du grec prothesis (addition). Les prothèses utilisées en chirurgie orthopédique ont pour objectif de remplacer ,en partie ou en totalité, une articulation usée et douloureuse.

La prothèse articulaire est une articulation artificielle, composée de pièces mécaniques synthétiques (implants prothétiques) de même forme que l’articulation. Son objectif est , dans la mesure du possible, de recréer les mêmes fonctions qu’une articulation naturelle (mobilités, stabilité, etc.).

L’intervention chirurgicale de remplacement articulaire par une prothèse s’appelle l’« arthroplastie ».

Notre avis : Il ne faut pas confondre une prothèse qui remplace un élément du corps et une orthèse, qui est un appareillage orthopédique externe qui soutient une articulation défaillante (exemple : une genouillère, une attelle). Une prothèse articulaire est une articulation artificielle qui remplace une articulation usée et douloureuse.

Quand parle-t-on de « prothèse totale » ?

Une prothèse est « totale » lorsqu’elle remplace tous les composants de l’articulation. Elle se compose de plusieurs pièces mécaniques.

On dit prothèse « totale » par opposition à prothèse partielle. 

Pour la hanche, la prothèse totale va remplacer les deux composants articulaires formant l’articulation de la hanche : la tête du fémur qui est sphérique, et la partie creuse du bassin dans laquelle elle s’emboîte, que l’on nomme le cotyle. Dans certains cas (fracture de l’extrémité supérieure du fémur chez des patients agés), seule la tête du fémur peut être remplacée: on parle alors de prothèse partielle (prothèse fémorale uniquement) . Le cotyle reste en place et n’est pas modifié.

Notre avis : Faites confiance à votre chirurgien qui est l’expert le plus à même de choisir le type de prothèse qui vous convient.

Quand envisage-t-on une prothèse articulaire ?

Une prothèse articulaire est proposée lorsque le patient souffre d’une articulation très usée. Quand les douleurs persistent et sont invalidantes malgré le traitement médical bien conduit (médicaments, infiltrations, rééducation), le remplacement prothétique est la seule solution. Aucun moyen actuellement ne permet de refaire le cartilage articulaire abimé.

Notre avis : La prothèse articulaire est proposée quand une articulation est usée et douloureuse et si les traitements médicaux ne soulagent plus.

Existe-t-il des prothèses pour « toutes » les articulations usées ?

Certaines prothèses articulaires sont actuellement au point, même si des perfectionnements sont toujours envisageables.
C’est la prothèse de la hanche qui a le plus grand recul. Les premières prothèses ont été implantées dans les années soixante.

La prothèse du genou (prothèse totale de genou PTG et prothèse unicompartimentale PUC ) est également très couramment réalisée avec un recul important.

Les prothèses d’épaules (prothèses anatomique et prothèses inversées) sont très efficaces en cas d’arthrose ou de fracture chez les patients âgés.
Les prothèsesde la cheville ont des indications plus rares et doivent être posées par des équipes spécialisées.

 Enfin, d’autres prothèses sont proposées de façon plus rares, comme les prothèses des disques situés entre les vertèbres ou les prothèses de coude..

Notre avis : Pratiquement toutes les articulations peuvent être remplacées par une prothèse. Toutefois, certaines localisations telles que la hanche et le genou bénéficient d’une longue expérience et d’une pratique courante (environ 100 000 prothèses de hanches sont implantées chaque année en France).

Quelles sont les alternatives chirurgicales qui peuvent retarder, éviter ou se substituer à la mise en place d’une prothèse articulaire ?

Lorsque l’articulation est douloureuse, que le cartilage est peu endommagé et qu’il existe un défaut anatomique, le chirurgien pourra proposer une intervention dite conservatrice. Le but de cette intervention est de modifier la distribution des contraintes mécaniques pour qu’elles soient plus harmonieuses et de diminuer les douleurs et ralentir l’évolution de l’arthrose.

Il s’agit avant tout des ostéotomies de réorientation (on réalise une section puis une fixation de l’os lui permettant de retrouver un « meilleur axe ») pour limiter l’usure du cartilage articulaire et retarder ainsi la réalisation de la prothèse de plusieurs années.

Exceptionnellement , si la mise en place de la prothèse est impossible, le chirurgien peut vous proposer une arthrodèse qui consiste à bloquer l’articulation en bonne position pour les besoins de la vie quotidienne. Pour certaines articulations, c’est une solution qui donne d’excellents résultats, malgré l’absence de mobilité de l’articulation ainsi bloquée (cheville, gros orteil, ou poignet par exemple).

Notre avis : La chirurgie conservatrice (ostéotomie, en particulier) est parfois possible quand l’articulation n’est pas trop usée, si la personne est encore jeune et commence à souffrir.L’arthrodèse, qui consiste à bloquer l’articulation dans une bonne position, est une alternative à la mise en place d’une prothèse. Elle soulage très bien et permet, pour certaines articulations, malgré l’absence de mouvement, d’être autonome.

Quelles sont les maladies qui peuvent conduire à la mise en place d’une prothèse articulaire ?

En dehors des traumatismes (fractures, microtraumatismes sportifs répétés), les maladies qui détériorent le cartilage articulaire peuvent conduire à la mise en place d’une prothèse articulaire.

La principale cause est l’arthrose dite primitive qui est une maladie conduisant à la dégradation (« usure ») habituellement lente du cartilage.

Il existe un certain nombre de situations où l’arthrose peut être favorisée par un traumatisme ou une anomalie anatomique : luxation congénitale de la hanche (mauvaise situation anatomique de la hanche favorisant l’arthrose de hanche), genu varum (jambe arquée favorisant l’arthrose du genou) par exemple.

Les maladies inflammatoires des articulations (arthrites) comme la polyarthrite rhumatoïde, les spondylarthropathies, les arthrites infectieuses, les arthrites micro-cristallines (goutte, chondrocalcinose articulaire, etc.) peuvent aussi conduire à l’usure de l’articulation et à la mise en place d’une prothèse articulaire.

D’autres maladies comme la nécrose osseuse (mort de l’os), certaines tumeurs osseuses, les atteintes articulaires dues à l’hémophilie peuvent aussi aboutir à la nécessité de la mise en place d’une prothèse.

Notre avis : L’arthrose est la principale cause de dégradation (« usure ») du cartilage pouvant conduire à la mise en place d’une prothèse.

Contacter l'institut de chirurgie osseuse

Vous pouvez contacter l'institut de chirurgie osseuse d'Avignon en remplissant ce formulaire.

Les messages ne sont pas lus en temps réel et aucun renseignement de nature médicale ne sera donné par email.

De plus, l'adresse contact n'étant pas une adresse sécurisée, votre message et vos informations pourraient être lus par un tiers.

Pour la prise de rendez-vous merci de contacter le
04 90 27 92 87

Les chirurgiens de l'institut
Les 6 chirurgiens de l'institut de chirurgie osseuse et de la moelle épinière d'Avignon sont spécialisés dans les différentes pathologies orthopédiques.
Docteur Prudent Henry-Paul
Chirurgie genou et pied
Docteur Bataille Jean-François
Chirurgie de l'épaule, hanche, genou
Docteur Blanadet Bertrand
Chirurgie de la colonne vertébrale, de la hanche
Docteur Copin Xavier
Chirurgie du sportif, de la hanche, du genou et du pied
Docteur Di Iorio Alexandre
Chirurgie du sportif, de la hanche, du genou et du pied
Docteur Ali Youssef
Chirurgie de la moelle et de la colonne vertébrale
Sociétés savantes
Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique
Société Francophone d'Arthroscopie
Société Française de Chirurgie Rachidienne
Association Française de Chirurgie du Pied
European Federation of National Associations of Orthopaedics and Traumatology
Haute Autorité de Santé
Société Française de Neurochirurgie